Altération de la connectivité et des performances cognitives dans la sclérose en plaques rémittente-récurrente

À retenir

  • Ces résultats suggèrent que les performances cognitives, même chez les patients atteints d’une sclérose en plaques rémittente-récurrente (SEP-RR) et d’un handicap très léger, pouvaient être le reflet d’une perte de connectivité structurelle.

Pourquoi est-ce important

  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est actuellement le meilleur biomarqueur disponible pour suivre la physiopathologie de la SEP, mais les mesures de l’IRM traditionnelle sont faiblement corrélées avec les symptômes cliniques.

  • La méthode de cartographie des réseaux utilisée dans cette étude fournit de nouvelles informations sur les modifications physiopathologiques des réseaux sous-jacentes à la SEP.