L’approche du chevet du patient au laboratoire, et non l’inverse, est la meilleure option jusqu’à présent dans la recherche sur la douleur neuropathique.

L’approche traditionnelle du laboratoire au chevet du patient dans la recherche translationnelle n’a produit, jusqu’à présent, qu’un traitement homologué contre la douleur neuropathique. Toutefois, des approches multimodales donnent de l’espoir pour le futur, a expliqué le professeur Nadine Attal durant sa conférence plénière au NeuPSIG 2019 [Special Interest Group on Neuropathic Pain (Groupe d’intérêt spécial sur la douleur neuropathique)].