Déséquilibre du réseau cérébral comme biomarqueur diagnostique de l’épilepsie rolandique

À retenir

  • Le déséquilibre des réseaux excitateurs et inhibiteurs (E/I) du cerveau est un biomarqueur potentiel de l’épilepsie rolandique et peut être impliqué dans la pathogenèse des crises d’épilepsie et des troubles cognitifs.

Pourquoi est-ce important

  • L’épilepsie rolandique est une affection idiopathique apparaissant dans l’enfance, représentant 15,7 % environ des cas d’épilepsie. L’épilepsie rolandique est associée à un pronostic variable, très péjoratif chez certains enfants, qui entraîne des déficits cognitifs irréversibles.

  • La théorie du déséquilibre des réseaux E/I décrit comment un déséquilibre de l’activité électrique excitatrice par rapport à l’activité électrique inhibitrice dans le cerveau peut entraîner des épisodes d’activité épileptiforme transitoire et ainsi des crises d’épilepsie. Cependant, on ne connaît pas le mécanisme par lequel le déséquilibre des réseaux E/I conduit à l’épilepsie.

  • L’examen du lien entre déséquilibre des réseaux E/I et épilepsie rolandique chez l’enfant est un point de départ idéal pour modéliser l’activité neuronale afin de mieux comprendre le rôle du déséquilibre des réseaux E/I dans l’épileptogenèse.