Les cellules dérivées de la cardiosphère humaine peuvent-elles améliorer le fonctionnement dans la DMD à un stade avancé ?

Des spécialistes ont rapporté de nouveaux résultats sur la sécurité et l’efficacité du CAP-1002, une population de cellules allogéniques dérivées de la cardiosphère, dans l’atténuation de la détérioration des membres supérieurs et de la fonction cardiaque chez les patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) à un stade avancé.

Lors de la présentation au congrès virtuel WMS 2021, le professeur Craig McDonald de l’Université de Californie, à Davis, aux États-Unis, a résumé les résultats d’un essai clinique multicentrique, randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, appelé essai sur la progression de la cardiomyopathie de HaltProgression-2 (HOPE-2).