Profils d’activité cérébrale communs et distincts lors de visionnage de jardins paysagers versus des paysages naturels

À retenir

  • Les zones du cerveau impliquées dans le traitement perceptif, cognitif et de la récompense sont activées en regardant aussi bien des paysages naturels que des jardins paysagers. Dans le même temps, les jardins paysagers ont déclenché une plus forte activité que les jardins naturels dans des zones incluant la partie inférieure du lobe occipital et le gyrus fusiforme droit.

Pourquoi est-ce important

  • Explorer la base neuronale de l’appréciation de paysages naturels et artificiels pourrait aider à la compréhension de l’influence émotionnelle de notre environnement, avec des implications potentielles pour la santé publique.

Vous souhaitez en lire plus ?

Vous souhaitez en lire plus ?

Connectez-vous à votre compte ou inscrivez-vous à Neurodiem pour consulter la suite.

Vous avez déjà un compte ? S'identifier

International Medical Press est un prestataire international de formation médicale indépendante. Sa mission est de fournir aux professionnels de santé des informations médicales fiables et de haute qualité dans le but d’optimiser la prise en charge des patients.

International Medical Press décline toute responsabilité concernant tout dommage aux personnes ou aux biens par négligence ou autre, ou en lien avec toute utilisation ou exploitation de toute méthode, de tout produit, de toute instruction ou de toute idée contenu(e) dans cette publication. En raison des progrès rapides dans les sciences médicales, International Medical Press recommande d’effectuer une vérification indépendante des diagnostics et dosages de médicaments. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles d’International Medical Press ou du promoteur. International Medical Press n’assume aucune responsabilité quant au contenu du présent document.