Flavonoïdes alimentaires et déclin cognitif subjectif chez les adultes américains

À retenir

  • Un apport alimentaire plus élevé en flavonoïdes a été associé à une réduction du risque de déclin cognitif subjectif (DCS) chez les hommes et les femmes originaires des États-Unis.

Pourquoi est-ce important

  • Le DCS survient lorsqu’une personne rapporte un déclin cognitif auto-perçu, mais ne présente aucun trouble cognitif objectif permettant de poser un diagnostic clinique.

  • Le DCS peut précéder la survenue de troubles cognitifs cliniquement visibles et d’une démence plus tard dans la vie. En outre, des changements indétectables dans le cerveau pourraient apparaître des années ou des décennies avant l’apparition du DCS. Une longue phase de maladie cliniquement silencieuse offre une fenêtre préventive durant laquelle les facteurs de risque modifiables peuvent être ciblés.

  • Les flavonoïdes, un groupe d’antioxydants d’origine naturelle, notamment les flavonols, les flavones, les flavanones, les flavan-3-ols, les anthocyanines, les flavonoïdes polymères et les proanthocyanidines, ont été proposés comme agents potentiellement efficaces dans la prévention du déclin cognitif.