Existe-t-il des différences entre les sexes pour la prise en charge des céphalées parmi les anciens combattants américains ?

À retenir

  • Les anciens combattants masculins ont une plus faible prévalence de céphalées que les femmes, mais présentent plus souvent un traumatisme crânien (TC) ou un état de stress post-traumatique (ESPT).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les céphalées peuvent être invalidantes et faire peser un fardeau important sur la personne atteinte et les réseaux de soins de santé.

  • Comprendre les différences entre les sexes et comment elles sont associées aux comorbidités et aux données sociodémographiques pourrait permettre d’améliorer les recommandations de prise en charge actuelles pour les anciens combattants atteints de céphalées médicalement diagnostiquées.