Les caractéristiques quantitatives de l’IRM possèdent-elles une puissance discriminatoire chez les patients atteints de sclérose en plaques ?

À retenir

  • La fraction d’eau piégée dans la myéline (myelin water fraction, MWF) et le volume de différentes lésions pourraient différencier les patients atteints de sclérose en plaques (SEP) en deux sous-groupes distincts, significativement corrélés avec le handicap clinique.

Pourquoi est-ce important

  • La SEP est une maladie hautement hétérogène et le pronostic de l’évolution de la maladie pour une personne donnée reste difficile.

  • Ces résultats apportent des preuves des processus physiopathologiques spécifiques aux patients et pourraient permettre de définir les trajectoires de la maladie et d’orienter les approches thérapeutiques futures.