L’épilepsie rest souvent non traitée, y compris dans les pays riches.

Selon des chercheurs australiens, près d’un patient épileptique récemment diagnostiqué sur trois ne reçoit pas d’antiépileptiques au départ.

Ils ont étudié les schémas de traitement chez les patients adressés par des cliniques spécialisées dans les crises en Australie-Occidentale. Sur les 610 patients ayant reçu un diagnostic clair d’épilepsie, 189 (31 %) n’ont pas commencé le traitement par antiépileptiques au moment du diagnostic. Parmi eux, 16,4 % ne se sont pas vu offrir de traitement et 14,6 % ont refusé le traitement.

Les raisons courantes de refus de traitement invoquées par les neurologues incluent les antécédents d’une seule crise (30 %), l’attente des résultats de tests supplémentaires (29 %) ou la présence de facteurs de déclenchement des crises (22 %).