Différences ethniques chez les personnes atteintes d’une maladie du spectre de la neuromyélite optique à Toronto, au Canada

À retenir

  • La population asiatique atteinte d’une maladie du spectre de la neuromyélite optique vivant à Toronto au Canada était plus susceptible que la population noire de présenter une neuromyélite optique (NMO) classique selon les critères de diagnostic de 2006 ; et le résultat en ce qui concerne l’incapacité dans cette population était moins bon que dans la population blanche.

Pourquoi est-ce important

  • Des études internationales menées dernièrement suggèrent que l’origine ethnique d’une personne atteinte d’une maladie du spectre de la neuromyélite optique (MSNMO) pourrait prédire l’issue de la maladie et le type de récidive. Ces études étaient limitées dans la mesure où elles étudiaient les effets de l’origine ethnique dans des populations homogènes issues de différents pays.

  • En s’appuyant sur des personnes d’origine ethnique similaire vivant dans la même région, les résultats de cette étude pourraient aider à identifier des facteurs pronostiques de MSNMO, essentiels dans le choix d’un traitement approprié.