Évaluation des troubles du sommeil et de leur impact sur la qualité de vie dans les tumeurs hypophysaires et les méningiomes non traités.

À retenir

  • Chez les adultes présentant une tumeur hypophysaire ou un méningiome non traité(e), les insomnies, une mauvaise qualité de sommeil et des rythmes circadiens perturbés sont très répandus, mais l’emplacement de la tumeur n’est pas nécessairement lié aux modifications du sommeil.

Pourquoi est-ce important

    Les troubles du sommeil sont très répandus chez les patients atteints de tumeurs cérébrales, mais sont souvent négligés chez ceux présentant des tumeurs cérébrales primitives non malignes. Les résultats de cette étude indiquent que l’atténuation des troubles du sommeil est importante pour améliorer la qualité de vie (QDV) chez les patients présentant une tumeur hypophysaire ou un méningiome.