Taux de survie au glioblastome plus élevé dans les groupes raciaux et ethniques minoritaires

Des spécialistes étudiant les glioblastomes ont identifié une survie globale médiane plus longue dans certains sous-groupes de patients, semblable au « paradoxe hispanique » observé dans les cancers bronchiques et gynécologiques.