Les taux de fer dans le cerveau sont associés à une accélération du déclin cognitif

Des chercheurs en Australie ont trouvé un lien entre les taux de fer dans le cerveau et l’accélération du déclin cognitif chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer (MA).

Ils ont mesuré post-mortem les taux de fer dans le cerveau de 645 patients présentant un large spectre de troubles neurocognitifs et ayant participé à l’initiative américaine sur la mémoire et le vieillissement (Memory and Aging Project).

Les taux de fer ont été évalués dans les régions temporale inférieure, médio-frontale, cingulaire antérieure et cérébelleuse. Les fonctions cognitives ont été évaluées tous les ans dans le cadre de l’étude.

« C’est la plus grande étude post-mortem sur le fer dans le cerveau dans la MA », a déclaré le Dr Ashley Bush de l’Université de Melbourne (University of Melbourne), en Australie. « Nous avons examiné le fer dans plusieurs régions du cerveau dans une grande cohorte couvrant les différents stades clinicopathologiques de la maladie, avec des données cognitives détaillées recueillies lors des dix années précédant le décès. »