Test de détection des anticorps anti-glycoprotéine oligodendrocytaire de la myéline dans la sclérose en plaques

À retenir

  • Le test de détection des anticorps anti-glycoprotéine oligodendrocytaire de la myéline (anti-MOG) ne doit pas être réalisé pour les formes typiques de sclérose en plaques (SEP), car la fréquence de positivité est faible.

Pourquoi est-ce important

  • Les anti-MOG sont généralement détectés chez les personnes présentant un phénotype clinique de neuromyélite optique ; toutefois, de récentes études ont indiqué que les personnes atteintes de SEP pouvaient également produire des anti-MOG.

  • Explorer la fréquence des anti-MOG dans la population de patients atteints de SEP pourrait permettre d’améliorer le diagnostic clinique.