Mise en évidence de la nécessité d’une surveillance par IRM de la moelle épinière

Lire l'article original en anglais

Les résultats de nouvelles études indiquent que, chez une proportion importante de patients atteints de SEP, on passe à côté de l’activité inflammatoire si le contrôle par IRM se limite au cerveau sans inclure la moelle épinière.

Dans une présentation en poster au congrès de l’ECTRIMS 2018, des chercheurs de centres situés à Rome, en Italie, ont fait état de leur étude de la fréquence de l’activité inflammatoire dans le cerveau et la moelle épinière.

Ils ont étudié 828 patients atteints de SEP (durée médiane de la maladie : 5,8 ans) pour lesquels des données suffisantes (y compris des clichés du cerveau et de la moelle épinière) étaient disponibles. Un peu plus de la moitié avait une maladie rémittente-récurrente.

Vous souhaitez en lire plus ?

Vous souhaitez en lire plus ?

Connectez-vous à votre compte ou inscrivez-vous à Neurodiem pour consulter la suite.

Vous avez déjà un compte ? S'identifier

Ology Medical Education est un prestataire international de formation médicale indépendante. Sa mission est de fournir aux professionnels de santé des informations médicales fiables et de haute qualité dans le but d’optimiser la prise en charge des patients.

Ology Medical Education décline toute responsabilité concernant tout dommage aux personnes ou aux biens par négligence ou autre, ou en lien avec toute utilisation ou exploitation de toute méthode, de tout produit, de toute instruction ou de toute idée contenu(e) dans cette publication. En raison des progrès rapides dans les sciences médicales, Ology Medical Education recommande d’effectuer une vérification indépendante des diagnostics et dosages de médicaments. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles d’Ology Medical Education ou du promoteur. Ology Medical Education n’assume aucune responsabilité quant au contenu du présent document.