Les neurofilaments à chaîne légère sont associés aux fonctions cognitives chez les patients présentant un trouble cognitif léger

Des données présentées lors du Congrès de l’AAIC 2020 montrent qu’un biomarqueur de la neurodégénérescence pourrait être le chaînon manquant entre les modifications physiopathologiques et la performance cognitive chez les patients présentant un trouble cognitif léger (TCL).

Ce biomarqueur est le taux de neurofilament à chaîne légère (NfL) sécrété par des axones lésés dans le liquide céphalorachidien (LCR) et le sang, a indiqué le Dr Isabelle Bos de l’Université libre d’Amsterdam (VU Amsterdam), aux Pays-Bas.