De nouveaux résultats sont favorables à l’utilisation des neurofilaments à chaîne légère sériques comme biomarqueurs de l’évolution de la sclérose en plaques

Une nouvelle étude portant sur une grande cohorte hétérogène de patients atteints de SEP a apporté des éléments en faveur de l’utilité potentielle des neurofilaments à chaîne légère sériques (Serum Neurofilament Light Chain, sNfL) comme biomarqueurs du fardeau de la maladie : des taux élevés de sNfL sont associés à des symptômes neurologiques forts et au diabète.