Une nouvelle étude souligne le lien entre la durée du sommeil et le risque de démence

L’importance d’une courte durée de sommeil persistante, moins de 6 heures par jour, comme facteur de risque de développement d’une démence, a été soulignée lors de la conférence de l’AAIC 2021.

Le Dr Séverine Sabia de l’INSERM à Paris, en France, a rapporté les résultats d’une nouvelle étude examinant l’association entre la durée du sommeil à l’âge de 50, 60 et 70 ans et les nouveaux cas de démence.