Structures péripapillaires hyper-réflectives sous forme de masse ovoïde : une nouvelle découverte dans la sclérose en plaques

À retenir

  • Les structures péripapillaires hyper-réflectives sous forme de masse ovoïde (Peripapillary Hyperreflective Ovoid Mass-like Structures, PHOMS) constituent une nouvelle découverte chez une proportion de patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

Pourquoi est-ce important

  • Il a été précédemment observé que des noyaux ovoïdes aplatis adhèrent aux fibres nerveuses des disques optiques chez les patients atteints de SEP, mais avec l’avènement de la tomographie par cohérence optique (TCO) de la rétine, il est devenu possible d’étudier en détail ces structures rétiniennes ovoïdes (connues sous le nom de PHOMS).

  • Les résultats de cette étude fournissent une justification pour une recherche supplémentaire sur la cause possible des PHOMS, comme l’altération du système glymphatique, qui n’a pas encore été étudiée comme une voie possible de la SEP.