L’activité microgliale rétinienne est associée à la pathologie de la substance grise corticale chez les patients atteints de sclérose en plaques

À retenir

  • La pathologie microgliale rétinienne est associée à la pathologie corticale et constitue un biomarqueur pronostique potentiel d’événements inflammatoires chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

Pourquoi est-ce important

  • Les cellules microgliales (cellules immunitaires du système nerveux central) montrent une activation généralisée dans la SEP. Les groupes de cellules microgliales rétiniennes activées et proliférantes, visualisées par tomographie par cohérence optique (TCO), sont appelées « foyers hyperréfléchissants » (FHR).

  • Un examen approfondi des cellules microgliales rétiniennes peut aider à élucider leur rôle dans les maladies inflammatoires et dégénératives.