Sélection des patients épileptiques en vue d’une stimulation cérébrale profonde : ce que les cliniciens doivent savoir

La stimulation cérébrale profonde (SCP) constitue une importante thérapie émergente de l’épilepsie, selon le professeur Jukka Peltola de l’Université de Tampere à Tampere, Finlande. Lors de l’AES 2018, il a parlé de son expérience en matière de neurostimulation et de la façon d’identifier les patients les plus susceptibles de bénéficier de cette approche.

Dans la plupart des cas, les candidats potentiels à la neurostimulation souffrent d’une épilepsie réfractaire à au moins 2 modes de traitement antiépileptique (monothérapie ou thérapie combinée) et la perspective de réalisation d’une résection chirurgicale peut être envisagée chez eux, selon le Pr Peltola.

« Je pense qu’il est important de discuter de l’option de neuromodulation dès l’évaluation initiale en vue d’une intervention chirurgicale, » a-t-il expliqué. Il a estimé que seuls 10 à 30 % de ses patients sont admissibles à une intervention chirurgicale, et que les 70 à 90 % restants doivent savoir qu’il existe d’autres options.