L’association entre le sommeil et le traitement neuronal de la récompense chez les petits dormeurs auto-déclarés

Lire l'article original en anglais

À retenir

  • Les conséquences neurobiologiques des résultats d’une privation expérimentale de sommeil ne doivent pas être considérées comme un substitut à une durée courte habituelle de sommeil, qui ne présente pas la même association avec l’activation du circuit neurobiologique de récompense chez l’homme.

Pourquoi est-ce important

  • Notre compréhension du traitement neuronal de la récompense est basée sur des études de privation totale de sommeil plutôt que sur une durée courte habituelle de sommeil (considérée comme une épidémie relevant de la santé publique affectant approximativement 1 adulte sur 3) qui peut ne pas présenter des profils similaires d’activation cérébrale du traitement de la récompense.

Vous souhaitez en lire plus ?

Vous souhaitez en lire plus ?

Connectez-vous à votre compte ou inscrivez-vous à Neurodiem pour consulter la suite.

Vous avez déjà un compte ? S'identifier

International Medical Press est un prestataire international de formation médicale indépendante. Sa mission est de fournir aux professionnels de santé des informations médicales fiables et de haute qualité dans le but d’optimiser la prise en charge des patients.

International Medical Press décline toute responsabilité concernant tout dommage aux personnes ou aux biens par négligence ou autre, ou en lien avec toute utilisation ou exploitation de toute méthode, de tout produit, de toute instruction ou de toute idée contenu(e) dans cette publication. En raison des progrès rapides dans les sciences médicales, International Medical Press recommande d’effectuer une vérification indépendante des diagnostics et dosages de médicaments. Les opinions exprimées ne reflètent pas celles d’International Medical Press ou du promoteur. International Medical Press n’assume aucune responsabilité quant au contenu du présent document.