Café et Parkinson

La caféine antagonise les récepteurs de l’adénosine et augmente la mobilité et la vigilance des patients parkinsoniens. De plus, les métabolites de la caféine servent de biomarqueur pour le diagnostic de la maladie de Parkinson.

Le professeur Dr Reichmann déclare qu’il n’a pas de lien d’intérêt.